Accueil

Robots au boulot…

Rubrique:

Article paru le 2 avril 2014 dans

Vers une société de robots?

Vous travaillez comme démarcheur téléphonique, chauffeur de taxi, comptable, vendeur ou encore gestionnaire de crédit? Vous pourriez bien alors, d'ici dix à vingt ans, perdre votre job. Comme bien d'autres personnes au demeurant; œuvrant dans nombre de domaines professionnels différents. Et le vilain usurpateur sera pas un étranger d'une origine quelconque, acceptant un salaire indécemment bas, mais un insensible ... robot made in un pays industrialisé. Cette proba¬bilité de voir votre boulot vous échapper de la sorte a été énoncée par deux chercheurs de l'Université d'Oxford, Carl Benedict Frey et Michael Osborne. Selon ces derniers, 47% des emplois aux Etats¬-Unis pourraient bien, dans les deux décennies à venir, être confiés à dés machines. La faute ... ou la chance ... aux logiciels et aux algorithmes. Les deux hommes ont basé leurs conclusions après avoir analysé 702 métiers. Ceux-ci ont été classés en fonction des possibilités, plus ou moins fortes qu'ils soient, à l'avenir, automatisés.

Fichier attaché: 

Le travail, est-ce la santé? : Ciné-débat sur le revenu de base à Fribourg

Avec un revenu de base, qui voudra encore travailler ?

Projection-débat sur le revenu de base inconditionnel avec la participation de Ralph Kundig, président de BIEN-Suisse, le réseau pour le revenu de base.

Flyer conférences 4-Vents

Salaire minimum ou revenu de base ?

Rubrique:

 

La question est parfois posée du lien entre un salaire minimum et le revenu de base. Une confusion est même parfois faite entre les deux. Gabriel Barta nous amène dans cet article quelques éléments de réflexion à ce sujet.

La rédaction

La base des deux régimes, tant pratique que théorique, est totalement différente :

Andreas Gross : "Le revenu de base inconditionnel contribue à la démocratisation de la démocratie. "

Figure de proue de la démocratie suisse, Andreas Gross représente notre pays au Conseil de l’Europe et siège au Conseil national en tant que représentant du canton de Zurich. Il fut l’un des co-fondateurs de l’initiative populaire «Pour une Suisse sans armée», proposition que beaucoup qualifièrent à l’époque d’absurdité, voire de monstruosité, à l’image de l’initiative pour un revenu de base inconditionnel aujourd’hui. Lors de la votation populaire sur l’initiative «Pour une Suisse sans armée», un tiers des voix approuva la proposition visant à démanteler l’armée suisse, emblème sacré de la Confédération d’autrefois, ce qui eut l’effet d’un coup de massue. Or depuis, l’armée a beaucoup perdu en importance. Ainsi en va-t-il de la démocratie. Certes, cette initiative fut rejetée, mais elle produisit néanmoins de nombreux changements, dus à l’effet de surprise provoqué par le taux important de votes en sa faveur.

On peut dire qu’Andreas Gross est un phare de la démocratie, qu’il défend corps et âme, tout comme par ses actions. Aussi étions-nous intrigués de ce qu’il dirait des liens entre revenu de base et démocratie : « Le revenu de base inconditionnel contribue à la démocratisation de la démocratie. Certains sont d’avis qu’il faudrait relever les obstacles de l’initiative populaire si une proposition comme celle du revenu de base inconditionnel arrivait à passer la rampe et faire l’objet d’un débat populaire que le peuple refuse catégoriquement. Et c’est justement pour cette raison, d’après Andreas Gross, que l’initiative est importante.»

Enno Schmidt

Traduction : Elsa Hoessli
 

L'introduction d'un revenu de base par étapes, l'exemple de la Suisse

Comment pourrait se réaliser la mise en application du RBI
dans le contexte suisse?

C'est sur ce point que vont se focaliser les réflexions sur le revenu de base ces prochaines années, aussi bien dans l'administration fédérale, que les cercles universitaires, les partis, les syndicats ou les mouvements divers.

Elisabeth Di Zuzio nous propose dans cet article un scénario de mise en application progressive du revenu de base, qui s’appuie sur le système d’assurances sociales tel qu’il existe aujourd’hui. Vous y découvrirez comment ce projet novateur peut s’intégrer progressivement aux institutions existantes, en étendant le versement du revenu de base de manière progressive à toute la population, en commençant par les retraités et les jeunes. Cette mise en application progressive a l’avantage du réalisme : elle permettra d’évaluer les conséquences de sa mise en œuvre sur l’économie et la population, ainsi qu’une adaptation progressive à ce nouveau système.

Syndiquer le contenu