Les publications dans nos blogs n'engagent que leur auteur. BIEN-Suisse offre cette possibilité d'expression à des auteurs indépendants qui souhaitent s'exprimer sur les thèmes reliés au Revenu de base. Elle se réserve le droit de supprimer, sans avoir à se justifier, toute parution qui s'éloignerait notablement de cette thématique ou qui ne respecterait par nos conditions d'utilisation. Pour vous aussi vous exprimer, il suffit de vous créer un compte d'utilisateur et de commencer à publier. Bienvenue !

Weblog von Ralph Kundig

Une révolution pacifique

L’être humain jouit d’une très grande adaptabilité, pour le meilleur et le pire. Vous pouvez le conduire à accepter à peu près n’importe quelle situation si vous savez comment amener cette situation de manière graduelle et progressive. Si on peut très bien comprendre les avantages possibles de cette adaptabilité aux changements des circonstances de sa vie, on mesure rarement les extrémités auxquelles l’être humain peut s’adapter lorsque les circonstances semblent le lui imposer.

Merck Serono licencie dans la stupeur générale

1500 personnes licenciées dans la stupeur générale…

Le plus incompréhensible, ce n'est pas tant qu'une entreprise se déleste brutalement de son personnel, mais qu'on s'obstine à ne pas voir là la logique inéluctable d'un système économique basé sur la seule rentabilité. Dans ce contexte, il est parfaitement normal qu'une entreprise réduise autant que possible ses charges salariales et ce sont pas les vaines agitations syndicales ou promesses politiques qui y pourront quelque chose.

Le revenu de base revalorise le travail

Ce soir, il y avait chez moi un buffet canadien - ne demandez pas à un canadien ce qu'est un buffet canadien, il ne saurait vous répondre, mais si vous lui demandez comment se passe ses dîners entre amis, il vous répondra volontiers quelque chose du genre « on fait tous une descente chez un de nos potes et on apporte à boire et à manger ». Pour revenir à notre buffet, nous avions tous apporté quelque chose, tous sauf un qui n'avait pas eu le temps de s’en occuper. Ce n'était pas grave, on avait bien assez pour partager et même plus. L'heure du pousse café étant venue, cet ami, venu les mains vides, s’est discrètement levé de table et a fait la vaisselle. Il a ainsi spontanément contribué à notre soirée avec un travail utile.

La liberté, ce n'est jamais demain

Une aile gauche passéiste se refuse à admettre que le travail n'est plus la santé ni pour l'humain, ni même pour l'écosystème. Elle continue de militer pour le droit à l'esclavage en reproduisant ainsi les fondements d'une culture culpabilisée qui n'est pas sans rappeler un lourd atavisme chrétien.

Les deux promettent toujours un long chemin de souffrance et une liberté obligatoirement exilée dans un lointain futur parce que dans le fond, l'être libre s'émancipe aussi bien de leur emprise. Méfions-nous donc de ces gens qui, sous une apparence morale et bienveillante, ont intérêt à nous rogner les ailes (et de ces amis qui veulent notre bien et qui finiront par l'avoir…)

La liberté, ça n'a jamais été demain. C'est maintenant ou jamais que nous pouvons dire stop à nos modes de vie masochistes en soutenant activement l'initiative fédérale pour le Revenu de base.

Inhalt abgleichen